Recherche par mots clés

Jouer la Chine

La Chine est le premier des nouveaux pays joueurs ajoutés à Cold War après les USA et l’URSS.

La Chine a un gameplay très particulier avec de gros points forts et de gros points faibles.

Le programme de superpuissance

Tant que la Chine n’est pas une superpuissance, ses troupes sont d’une qualité médiocre et surtout, la Chine ne peut signer des accords de défense qu’avec les pays dans sa sphère d’influence.

Ceci limite limite très fortement le développement du bloc chinois en début de partie.

La Chine a un score de superpuissance exprimé en %. Quand ce score atteint 100%, cette restriction est levée.

On gagne des % de superpuissance par événements, en faisant les bons choix.

Au fur et à mesure que le score de superpuissance augmente, l’efficacité des troupes chinoises progresse.

Tant que la Chine n’est pas une superpuissance, elle peut utiliser une action spéciale de vague humaine, qui lui permet de remplacer avantageusement la qualité par le nombre dans les conflits où la Chine est impliquée.

 

L’alignement sur Moscou

Au démarrage de la partie, la Chine est très dépendante et très alignée sur Moscou.

Ses actions d’alignement des pays de son bloc ne diminent pas les relations avec les soviétiques.

Cette situation change dans les années 60 avec la rupture sino-soviétique

 

Mao superstar

La Chine commence avec Mao comme leader. Mao est un des rare leaders capable de gagner un bras de fer sans avoir la bombe atomique. Mais il confère aussi quelques superpouvoirs au chinois : le pouvoir de “maoïser” une guérilla et un bonus aux actions diplomatiques avec les pays non alignés.

 

Le joueur chinois a un score de maoïsme à gérer, qui représente le poids de Mao dans le parti communiste chinois.

Quand se score devient négatif, un autre leader prend l’ascendant (Ce qui ne veut pas dire que Mao est purgé et n’occupe plus aucune fonction officielle, mais juste qu’il n’est plus capable d’imposer la politique chinoise).

 

Actions spéciales du chinois

  • vague humaine
  • maoïsation (d’une guérilla)

La vague humaine enverra des volontaires chinois combattre : attention, le nombre de ces volontaires a tendance à fondre d’un tour à l’autre… Il faudra souvent enchaîner les vagues humaines pour maintenir la pression sur vos adversaires.

La maoïsation d’une guérilla lui donne un trait positif ou lui enlève un trait négatif en échange de la perte d’1 point de sa force.

En quelques actions de maoïsation, le chinois peut transformer une guérilla quelconque en véritable machine de guerre.

 

2 comments on Jouer la Chine

  1. Ne pas hésité à jouer sur la jauge de maoïsme pour tomber sur les bons leader (comme Peng +5 en superpuissance ou Zhou + 5 en budget) mais de remettre mao au pouvoir avec l’event des 100 fleurs ou celui de la Révolution culturelle pour le refaire chuter et ainsi cumuler les bonus des différent leader

  2. En début de partie, il y a trois occasions, aléatoires, d’augmenter son budget :
    -Négocier pied à pied avec Staline durant la signature du traité d’amitié : Peu probable, mais avec un peu de chance, vous pouvez obtenir une aide auprès financière auprès de Staline de +5$, au prix d’une forte baisse du maoïsme
    -Collectivisation progressive : Ce choix durant l’événement sur la collectivisation de l’agriculture vous donne +5$ au budget, mais à un coût en prestige et baisse le maoïsme
    -Changement de leader : Si vous avez essayé de gratter des sous auprès de Staline (avec succès ou pas) et que vous avez collectivisé progressivement, vous avez probablement amené le niveau de maoïsme à zéro et Mao devrait se faire virer le mois suivant la collectivisation… avec un peu de chance, vous obtiendrez Zhou Enlai qui augmente le budget de +5$, mais perdez temporairement votre super pouvoir de maoisation.

    A noter que vous pouvez obtenir une aide soviétique durant la Guerre de Corée.

Leave a Reply to LARS Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *